Lombalgie

  • par

La Lombalgie est le nom donné aux douleurs de dos qui se situe dans la partie basse du dos, de part et d’autre du creux lombaire. Elle concerne essentiellement les 5 dernières vertèbres de la colonne, les lombaires, mais pas que… Nous verrons que les choses semblent parfois plus compliquées et les liens dans le corps beaucoup plus importants que ce qui n’y parait.

Lorsque la douleur descend au niveau des fesses, des cuisses et/ou des genoux, on parle alors de lombosciatalgie, cruralgie, voir de sciatique, avec ou sans hernie discale.

Lombalgies communes/ lombalgies symptomatiques

On divise généralement les lombalgies en deux catégories : les lombalgies symptomatiques et les lombalgies communes.

La lombalgie symptomatique, comme son nom l’indique, est le symptôme d’une pathologie sous-jacente. Il peut s’agir d’une fracture, d’une lésion musculaire ou ligamentaire, d’une infection, d’une tumeur… Elle ne concerne pas l’ostéopathe.

La lombalgie commune ne signe pas une maladie mais plutôt un problème d’origine fonctionnel. C’est à dire que quelque chose empêche les vertèbres lombaires de fonctionner normalement, on parle de restriction de mobilité.

Même si la lombalgie commune n’est pas signe d’une pathologie grave sous-jacente, elle peut se révéler douloureuse et invalidante.
Dans la lombalgie commune, on distingue : la lombalgie aiguë et la lombalgie chronique, qui signe l’installation de la pathologie et de la douleur!

Lombalgies aiguës

Quand on parle d’une lombalgie aiguë, on parle plutôt d’une douleur de courte durée et intense. La douleur aiguë peut disparaître en quelques heures ou quelques semaines selon la cause et le temps nécessaire. Mais rassurez-vous, 90% des lombalgies guérissent spontanément en 4 à 6 semaines… en revanche elles demandent de ralentir !

Elle signe souvent des désordres d’ordre viscéral ou tissulaire, il s’agit en général du lumbago ou tour de reins, que l’on se fait au saut du lit, en levant une charge lourde.

C’est à dire que cela n’arrive pas comme ça, un beau matin. Non, le terrain est déjà là, il y a une fragilité sous-jacente. Et elle concerne la plupart du temps les organes et viscères. On se rend compte que nous avons des troubles digestifs associés à nos douleurs de dos, des acidités gastriques, des troubles gynécologiques, etc. Il suffit alors d’une fatigue particulière, un stress, un empressement, et les symptômes apparaissent, nous avons une lombalgie.

Les origines réellement mécaniques, que j’ai rencontré en cabinet, sont toutes la résultante d’un accident bénin, tel une chute ou en accident de la route mineur. Ce sont les seuls cas ou il y a réellement déplacement de la structure, et il faut « remettre en place ». Là encore l’utilisation des techniques de l’ostéopathe lui importe, c’est à dire que nous ne sommes pas obligés de faire « craqués ».

Lombalgies chroniques

Lorsque la douleur devient permanente, ou que les épisodes se succèdent, on parle alors de lombalgie chronique. Elle dure depuis au moins 3 mois, même lors de la prise d’un traitement antalgique.

C’est une douleur compliquée à comprendre car la cause n’est pas toujours précise ni évidente, il est difficile d’expliquer pourquoi la douleur est présente.

La douleur chronique pèse sur l’aspect physique et psychologique du patient.

Elle peut être invalidante.

Elle peut provoquer une douleur intense le matin au lever, et s’améliorer dans la journée avec le mouvement. Elle réapparait, en général le soir, avec la fatigue et la station statique (assis ou debout) prolongée. Le moment du coucher est vécu comme un soulagement, mais le lendemain matin, la douleur est là de nouveau.

Les rechutes sont fréquentes si on ne fait rien pour l’éviter. Et elles peuvent évoluer progressivement vers des complications plus lourdes et plus difficiles à gérer comme les sciatiques, cruralgie et hernie discale.

Posture anti-lombalgie

Voici une posture à pratiquer chez soi, pour soulager la douleur en attendant votre rdv chez votre ostéopathe préférée 😉

Allongez vous sur le dos. Vous pouvez le faire sur votre lit ou votre canapé, mais les bénéfices seront plus favorables sur un sol dur. Privilégiez plutôt un tapis sur le sol.

Vous pouvez poser un coussin sur votre ventre, mais ce n’est pas nécessaire. Notamment pour les hyperlax.

Replier les genoux contre votre poitrine, et maintenez la position. Cela a pour effet de diminuer la pression exercée sur la zone lombaire.

Inspirez profondément en gonflant le ventre et le dos. Votre dos doit « s’enfoncer » dans le sol. L’espace entre les vertèbres lombaires s’agrandit et s’écarte, les vertèbres reculent.

Ce mouvement peut-être effectué aussi souvent que nécessaire.

 

 

 

 

 

Bibliographie

Le Guide de l’ostéopathie, Albin Michel, Catherine Rod de Verchère et Bertrand Schneider

https://public.larhumatologie.fr/grandes-maladies/mal-de-dos-lombalgie/quelles-sont-les-causes-de-la-lombalgie, consulté le 10 août 2019

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=lombalgie-pm-traitements-medicaux-de-la-lombalgie, consulté le 10 août 2019

https://www.topsante.com/medecine/mal-de-dos/lombalgie-chronique-l-osteopathie-reduit-la-douleur-de-moitie-609934, consulté le 10 août 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.